Raison hantee

Raison hantee
Rate this poem

Il pleut à grosses larmes sur mes pensées
Avec le soir humide comme seul horizon
Quand tu m’as quitté, une flèche s’est fichée
Au cœur rouillé de ma passion

Je titube, ivre de ce chagrin défunt
Trébuchant sur d’illusoires illusions
Mes bras tendus tentent de happer ton corps fantôme
Qui désormais hante ma déraison

Quand tu es partie, le sol s’est ouvert devant moi
Ne me laissant que le vide à l’insondable tréfonds
J’ai tenté de fuir en volant, comme dans mes rêves
Mais mes ailes n’étaient qu’inutiles moignons.

Alors, je fais le tour de mon île
Cerné par les flots bleus de mon âme
Je suis reclus comme un naufragé volontaire.
Naufragé d’un amour déchu.





Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *